Cyclopharma annonce un projet de cession de ses activités de production et de commercialisation en France au groupe Curium.

Une nouvelle structure serait créée pour le développement et la commercialisation de molécules innovantes, en France et à l’international.

Clermont-Ferrand, le 11 avril 2018 – Cyclopharma, spécialisé en solutions d’imagerie moléculaire, projette de céder ses activités historiques de production et de commercialisation de médicaments radiopharmaceutiques en France, au groupe Curium, société internationale spécialisée dans le développement, la fabrication et la commercialisation de traceurs pour l’imagerie en médecine nucléaire.

Cyclopharma, créé en 2000 et basé à Clermont-Ferrand, produit, développe et met à la disposition des patients et des professionnels de santé des solutions diagnostiques, notamment dans les domaines de l’oncologie, la neurologie et la cardiologie. Repris par Denos en 2013 suite à des difficultés en 2010, Cyclopharma emploie en France plus d’une centaine de collaborateurs principalement sur ses 7 centres de production et de R&D. C’est aujourd’hui l’un des leaders de l’imagerie moléculaire innovante, technique qui permet d’améliorer la qualité de vie des patients, la sécurité et l’efficacité thérapeutique, tout en réduisant les coûts.

Curium, société née en janvier 2017 de l’union d’IBA Molecular et Mallindkrodt Nuclear Medicine LLC, s’est rapprochée de Cyclopharma avec une offre de rachat de ses actions. Au travers de ce projet, Curium souhaite augmenter ses capacités de production pour permettre un accès optimal de ses clients au portefeuille de traceurs actuellement disponibles et ainsi faire face à la forte croissance de la demande par une meilleure utilisation de ses installations. Curium créerait ainsi une véritable plateforme de production offrant une solution industrielle mais aussi commerciale à des partenaires spécialisés dans le développement et la mise au point de nouveaux traceurs.

Les activités R&D et internationales de Cyclopharma seraient quant à elles transférées à une filiale dédiée qui serait ensuite reprise par Denos, afin de renforcer les moyens alloués aux programmes de R&D et à leur valorisation. Son activité consisterait ainsi à poursuivre le développement des projets de R&D actuellement dans le pipeline de Cyclopharma, puis à assurer l’enregistrement et la commercialisation de ces molécules sur le marché français ainsi qu’à l’international, directement ou en collaboration avec des partenaires industriels.

La cession des activités historiques de Cyclopharma à Curium se positionnerait ainsi dans le cadre d’une politique de recentrage de l’entreprise sur ses activités de recherche et de développement de molécules à forte valeur ajoutée médicale. Au travers de cette réorganisation, la nouvelle entité renforcerait sa présence sur les marchés internationaux, aux Etats-Unis notamment, où la demande est forte pour ces nouvelles molécules.

La nouvelle structure ainsi créée resterait très impliquée sur le territoire national, et l’entreprise espère notamment mettre rapidement sur le marché Estrotep®, nouveau traceur radiopharmaceutique apportant une approche innovante dans le diagnostic du cancer du sein. Estrotep® est considéré par la communauté scientifique et médicale comme une avancée significative dans la prise en charge de la maladie.

 

Téléchargez le communiqué de presse en cliquant ici.